Début de l'ouvrage Texte précédent Texte suivant Fin de l'ouvrage Drapeau Page d'aide Retour. Flag Help frame Return. Bandera Página de ayuda Vuelta.
Flagge Hilfsseite Rückkehr. Flag (H)jælp side Tilbage. Bandiera Guida Torno.

@

Page

Réfer. : 0909 .
Auteur : Hermès Trismégiste.
Titre : La Table d'Emeraude.
S/titre : et sa tradition Alchimique. Préface de Didier Khan.

Editeur : Les Belles Lettres.
Date éd. : 1994 .
@

**** A T T E N T I O N ****

Ce document étant sujet à droits d'auteur, n'est composé que du début, et des tables éven-
tuelles. Reportez-vous aux références ci-dessus
pour vous le procurer.

**** A T T E N T I O N ****



Collection

AUX SOURCES DE LA TRADITION
@
@



HERMES TRISMÉGISTE

La Table d'Émeraude et sa tradition alchimique
@


pict

Michaël Maier, Symbola aureae mensae duodecim nationum,
Francfort: Anton Humm pour Lucas Jennis, 1617
@



HERMES TRISMÉGISTE
La Table d'Émeraude sa tradition alchimique

Préface de Didier Kahn



LES BELLES LETTRES
1994
@





Tous droits de traduction, de reproduction et d'adaptation
réservés pour tous les pays.

(c) 1994, Société d'édition Les Belles Lettres 95 bd Raspail 75006 Paris.
ISBN: 2-251-47005-0
@



PREFACE par
Didier Kahn

La Table d'émeraude et les textes alchimiques attribués à Hermès Trismégiste

L'un des textes les plus fascinants de la littérature alchimique est assurément la célèbre Table d'émeraude
qui, selon la légende, offre l'enseignement secret d'Hermès
Trismégiste originellement gravé sur une tablette
d'émeraude, retrouvée entre ses mains dans sa propre
sépulture. Ce bref ensemble de formules lapidaires, qui
illustre à merveille le genre allégorique, mystérieux et
oraculaire où se sont si souvent complu les alchimistes,
n'a pas cessé durant des siècles d'être inlassablement
glosé, commenté, scruté, analysé par plusieurs dizaines
de générations d'adeptes de la « science hermétique ».
De fait, la Table d'émeraude reste indissolublement
associée à la figure d'Hermès Trismégiste, avatar hellénisé
du dieu égyptien Thoth, l'inventeur mythique de
l'écriture, de la magie, de l'astrologie, de la médecine et
de l'alchimie. S'il faut en croire une ancienne inscription
du temple de Dendérah relative à ce dieu, « ce qu'il

@

X DIDIER KAHN
a prononcé » ne subsiste-t-il pas « pour l'éternité » (1) ?
Toujours est-il que, outre la Table d'émeraude, nombre
d'ouvrages circulèrent dès avant notre ère sous ce nom
prestigieux.
Toutefois, en abordant le corps de textes et de doctrines attribués à la figure mythique d'Hermès Trismégiste
(c'est-à-dire « le trois fois très grand »), il faut d'emblée
renoncer à y chercher une cohérence ou une unité que
dément formellement l'histoire même de ces textes. Ce
qui caractérise la littérature hermétique (2), qui semble
apparaître en langue grecque dans l'Egypte hellénisée à
partir de l'époque ptolémaïque (vers les IIIe ou IIe siècles
avant l'ère chrétienne), c'est au contraire qu'elle se présente
« comme un ensemble assez composite, voire
hétérogène, de traités différant par leur contenu, leur
auteur et la date de leur rédaction » (3). Cette littérature
est faite pour l'essentiel de textes à caractère philosophique,
théologique, astrologique, médical, alchimique et
magique. Le père Festugière a su y déceler quelques
traits caractéristiques, en particulier l'absence de séparation
entre science et religion i toute connaissance étant
dans ce contexte nécessairement révélée, on ne saurait


1. Cité par A.-J. Festugière, La Révélation d'Hermès Trismégiste, t. I: L'astrologie et les sciences occultes, Paris: Gabalda, 1944,
2' éd. 1950 (repr. Paris: Les Belles Lettres, 1986), p. 69.
2. Nous emploierons ici l'adjectif « hermétique » au sens propre: « relatif à Hermès ». Cet adjectif ne signifie que depuis le
XIXe siècle « obscur, impénétrable ». On commettrait de nombreux
contresens en le considérant systématiquement comme un synonyme
d'« alchimique », bien qu'il ait été employé en ce sens
durant le XVIIe et le XVIIIe siècle.
3. Sylvain Matton, art. « Hermétisme » de l'Encyclopaedia Universalis, éd. 1984.

@

PREFACE XI
l'obtenir que par l'union intime avec la divinité. Dans
sa forme la plus accomplie, la littérature hermétique
présente donc un aspect mystique indissociable des
matières philosophiques, scientifiques ou pseudo-scientifiques
dont elle traite. Cependant ce trait est commun
à nombre d'auteurs mythiques de la période hellénistique
tels Zoroastre, Ostanès, Salomon, Apollonios de
Tyane, et Festugière insiste sur le fait qu'« Hermès
paraît n'avoir été qu'un des prête-noms dont on se sert
à l'époque hellénistique pour contenter le besoin de
révélation qui travaillait alors un si grand nombre
d'esprits » (1). Il faut donc se garder d'associer le nom
d'Hermès exclusivement à l'alchimie, même s'il n'est
pas douteux que les alchimistes eux-mêmes ont souvent
pratiqué une pareille annexion, allant jusqu'à prétendre,
comme Théodore Zwinger à la fin de la Renaissance,
qu'« Hermès Trismégiste, roi, prêtre et très grand philosophe,
dans les ouvrages théologiques qu'on possède de
lui, semble partout répandre des mystères chimiques » (2).
Laissant ici les traités astrologiques et magiques ainsi que les textes à caractère philosophique, notamment le
fameux Corpus Hermeticum et l'Asclepius, composés
entre 100 et 300 de l'ère chrétienne, qui rendirent si
célèbre le nom du Trismégiste dans l'Occident chrétien
(3), nous ne nous attacherons qu'à l'étonnant destin


1. Festugière, La Révélation..., p. 355. 2. Cité par Carlos Gilly: « Zwischen Erfahrung und Spekulation: Theodor Zwinger und die religiöse und kulturelle Krise
seiner Zeit », Basler Zeitschrift fur Geschichte und Altertumskunde,
77 (1977),p.57-137, ici p.123.
3. Éd. A.-J. Festugière et A D. Nock, Paris: Les Belles Lettres, 1945-1954, 4 vol. C-f. Frances A. Yates, Giordano Bruno and the
Hermetic Tradition, Londres: Routledge and Kegan Paul, 1964

.........................................................




Le Livre
du secret de la création

par
le pseudo-Apollonios de Tyane
@
@




« C'est ici le livre du sage Bélinous (1), qui possède l'art des talismans: voici ce que dit Bélinous. Je vais exposer
et développer dans ce livre la science qui m'a été donnée,
afin que vous l'entendiez, qu'elle pénètre dans vos
esprits, et qu'elle s'insinue jusqu'aux principes de votre
être. Si mes paroles en pénétrant dans une âme, mettent
en action ses facultés et communiquent le mouvement
à ses ressorts naturels, l'homme en qui elles produiront
cet effet, jouit de toute la perfection de son être; sa
nature n'est altérée par aucun accident, son âme est
exempte des ténèbres qui pourraient former un voile
entre elle et la recherche de la science: elle recueillera
le fruit de mes paroles à proportion de son degré de
force. Les instructions plus faciles qu'elle aura d'abord
reçues, la fortifieront et la rendront capable d'acquérir
la science, et de porter ses regards sur les variétés infinies
de la composition des êtres, et sur les causes de
toutes choses. Mais si un homme entendant mes paroles
n'en ressent aucune impression, si elles ne mettent pas
en mouvement les principes de son être, c'est une marque
que ses yeux sont enveloppés de ténèbres i alors le


1. Bélinous = Apollonios de Tyane, thaumaturge grec du Ier- IIe siècle de notre ère. Voir aussi p. 19.

@

4 APOLLONIOS DE TYANE
chaos immense qui sépare ces premières et plus simples
instructions des degrés les plus sublimes de la science,
sera pour lui un obstacle insurmontable, tel qu'un
nuage épais, qui par son ombre obscure intercepte aux
yeux même les plus sains, la vue des astres et l'éclat de
leur lumière.
Je vous ferai connaître quel est mon nom, afin que vous soyez épris d'amour pour ma science, que vous
méditiez mes paroles, que vous les ayez devant les yeux
le jour et la nuit, et qu'en en faisant une étude assidue,
vous parveniez à connaître le secret de la nature.
Je suis le sage Bélinous, qui possède l'art des talismans et des choses merveilleuses. J'ai reçu du maître de
l'univers une science toute particulière, supérieure à la
nature, si subtile qu'elle échappe aux accidents de la
matière, forte et pénétrante. Par les sens intérieurs qui
sont la pensée, la réflexion, l'intelligence, l'esprit et le
jugement, j'ai saisi tout ce qui est insensible aux sens
extérieurs, et j'ai connu par l'organe des sens extérieurs,
tout ce qui tombe sous leur action, les couleurs, les
saveurs, les odeurs, les sons et les sensations du toucher
Il n'est aucune créature, soit du nombre des substances
spirituelles et subtiles, soit parmi les êtres grossiers et
corporels, rien de ce qui peut être saisi par l'organe des
sens extérieurs ou intérieurs, dont je ne sois parvenu à
connaître la nature, la cause et la formation. Ce livre
les pénètre toutes; semblable à une lance fine et inflexible,
il triomphe de tous les obstacles que lui oppose la
matière grossière et corporelle.
Maintenant prêtez l'oreille aux instructions que je vais vous donner. Toutes choses sont composées de
quatre principes élémentaires, le chaud, le froid, l'humide
et le sec. Ce sont là les éléments de tout ce qui

@

LE LIVRE DU SECRET DE LA CRÉATION 5
existe; c'est par leur combinaison que toutes choses
sont formées; ils sont combinés les uns avec les autres,
de telle manière qu'ils sont tous emportés par le même
mouvement de rotation, et ne forment qu'un seul
assemblage. Une seule sphère les entraîne dans son
mouvement orbiculaire; la partie la plus élevée de son
orbite est semblable à la partie inférieure, et les extrémités,
quoique éloignées, n'ont entre elles aucune différence;
car le tout est d'une même substance, d'une
même goutte, et ne forme qu'un même corps sans
aucune distinction ou différence, jusqu'à ce que les accidents
venant à influer sur cette substance, ils la modifient,
ses parties se séparent, et il s'en forme des êtres
diversifiés entre eux, à raison des différentes combinaisons
des principes élémentaires qui concourent à leur
formation; et ces êtres prennent des noms différents,
suivant la variété de leur substance et de leurs formes.
De ces différences de combinaisons, il en résulte des rapports de sympathie et d'antipathie entre la substance
des différents êtres; les uns se recherchent, les autres se
repoussent réciproquement. Ils se tournent et se portent
les uns vers les autres à raison des affinités qui existent
entre eux; ils semblent inviter les êtres qui leur sont
semblables, à s'unir à eux, et repousser ceux qui leur
sont contraires par l'opposition qu'ils leur témoignent.
C'est là le principe fondamental de la science; c'est en
cela que consiste la connaissance de la cause primitive
de la variété des êtres.
J'ai exposé ici cette doctrine des rapports de sympathie et d'antipathie des quatre principes élémentaires,
afin que cette instruction serve à former et à exercer
l'esprit de ceux qui la liront, qu'ils connaissent comment
on peut détourner les êtres de leur nature primitive,

@

6 APOLLONIOS DE TYANE
et qu'ils saisissent les affinités et les oppositions
que ces principes ont entre eux. Par là ils seront en état
d'entrer dans la connaissance des causes de toutes choses.
Cette matière étant ainsi placée à la tête de cet
ouvrage, celui qui l'aura une fois bien comprise, connaîtra
l'abrégé de toute la science: cette connaissance lui
servira de guide pour parvenir à celle de tous les êtres,
et il comprendra de quelle manière a été fait tout ce
qui existe, et comment la nature a été formée. Je vais
maintenant vous apprendre ce qui me concerne en particulier
J'étais orphelin du peuple de Tuaya [lire: Tuana (Tyane)], dans une entière indigence et dénué de tout.
Il y avait dans le lieu que j'habitais une statue de pierre
élevée sur une colonne de bois; sur la colonne on lisait
ces mots: Je suis Hermès à qui la science a été donnée;
j'ai fait cet ouvrage merveilleux en public, mais ensuite je
l'ai caché par les secrets de mon art, en sorte qu'il ne puisse
être découvert que par un homme aussi savant que moi.
Sur la poitrine de la statue on lisait pareillement ces
mots écrits en ancien langage: Si quelqu'un désire
connaître le secret de la création des êtres, et de quelle
manière a été formée la nature, qu'il regarde sous mes
pieds. On venait en foule voir cette statue, et chacun
regardait sous ses pieds sans y rien voir. Pour moi, je
n'étais encore qu'un faible enfant; mais lorsque je fus
devenu plus fort, et que j'eus atteint un âge plus avancé,
ayant lu les paroles qui étaient sur la poitrine de la
statue, j'en compris le sens, et j'entrepris de creuser la
terre sous le pied de la colonne. Je découvris un souterrain
où régnait une épaisse obscurité, et dans lequel la
lumière du soleil ne pouvait pénétrer. Si l'on voulait y
porter la lumière d'un flambeau, il était aussitôt éteint

...........................................................



La Table d'émeraude

version arabe extraite du Livre du secret de la création
@


pict


D'après Julius Ruska, Tabula Smaragdina. Ein Beitrag zur Geschichte
der hermetischen Literatur, Heidelberg: Carl Winter, 1926, p. 158-159.

@




I. Vrai, vrai, indiscutable, certain, authentique (1) !
II. Voici, le plus haut vient du plus bas, et le plus bas du plus haut; une oeuvre des miracles par une chose unique.
IIIa. Comme les choses ont toutes pris naissance de cette matière par un procédé unique.
IIId. [Comme son oeuvre est merveilleuse ! Il est le principe du monde et celui qui le dirige.] (2)

1. La numérotation des versets, introduite par Julius Ruska à partir de la version latine de la Table d'émeraude dans son livre
Tabula smaragdina et suivie par Martin Plessner (voir la bibliographie
en tête de ce volume), permet d'établir des comparaisons
serrées entre les différentes versions existantes de la Table d'émeraude.
2. Les versets numérotés 3b et 3c par Ruska ne sont que des variantes du verset 3a, plus ou moins redondantes: c'est pourquoi
nous ne les donnons pas. Quant au verset 3d, il ne figure que
dans deux des cinq manuscrits utilisés par Ruska. Plessner le commente
ainsi: « Nous voyons déjà là à l'oeuvre l'interprétation
monothéiste de la Table d'émeraude, qui apparaît de façon particulièrement
marquante dans la traduction latine du Secret des
secrets, à laquelle il faut sans doute également imputer le meditatione
unius ».

@

12 HERMES TRISMÉGISTE
IV. Son père est le soleil, sa mère la lune; le vent l'a porté dans son ventre, la terre l'a nourri.
V. Il est le père des enchantements, il veille sur les miracles, parfait en forces; l'éveilleur des lumières.

VI. Un feu qui devient terre...
VII. Ote la terre du feu, le subtil du grossier, avec prudence et art.
VIIIa. Il monte de la terre au ciel et s'empare des lumières d'en haut, puis il redescend sur la terre.
VIIIb. Et en lui est la force du plus haut et du plus bas.
VIIIc. Tu deviendras ainsi le maître du plus haut et du plus bas.
VIIId. Car avec toi est la lumière des lumières, aussi les ténèbres fuiront-elles devant toi.
IX. Avec la force des forces tu surmonteras toute chose subtile, tu pénétreras toute chose grossière.
X. Conformément à l'origine du grand monde [l'oeuvre prend son origine, et c'est ma gloire] (1).
XII. Aussi ai-je été appelé Hermès triple en sagesse.

1. Le manuscrit de base utilisé par Ruska ne comporte que la première partie de la phrase. Variantes du passage entre crochets:
1° « ... le petit monde prend son origine, et c'est ma gloire ».
2° «... est l'origine du petit monde, et les savants procèdent
ainsi ». C'est cette dernière variante qui est à l'origine du verset
11 de la version latine: « De là seront d'admirables adaptations,
dont le moyen est ici ».

................................................................



Sept traités ou chapitres dorés d'Hermès Trismégiste
@
@



PREFACE

Es histoires des choses divines nous lisons qu'il y a eu trois grands personnages appelés Hermès. Le premier
a été Enoch, devant (1) le déluge, qui fut transporté au
Ciel, accompagné des anges, dans un chariot de feu. Le
second a été Noé, qui se sauva au déluge dans l'arche,
par le commandement de Dieu: car l'un et l'autre a été
appelé Hermès, & Mercure pour les distinguer de cet
Hermès, qui régna en Égypte après le déluge: car ce
troisième a été un excellent homme, qui orné du bandeau
royal, a régné longtemps en Égypte, et fut appelé
trois fois grand à cause de sa triple vertu: car on dit
qu'il fut le roi des philosophes & prophète, lequel aussi
on dit avoir été inventeur de toute discipline libérale &
mécanique: Geber roi des Perses l'appelle prince, &
Albert le Grand dit que ce fut Alexandre le Grand, on
dit qu'en son sépulcre furent trouvés tous les métaux et
minéraux du monde, écrits en la Table smaragdine (2),
les uns l'appellent prince, les autres pères de tous les
philosophes: car tous ceux qui ont suivi la vertu l'ont
imité. Nous n'avons pas entrepris de célébrer tous les


1. Avant. 2. La Table d'émeraude.
@

78 HERMES TRISMÉGISTE
actes & gestes admirables de ce grand homme; car
notre petit esprit n'y suffirait pas: nous avons pourtant
voulu faire mention de sa mémoire au prologue de ce
livre, à raison qu'il n'a pas seulement été auteur de ce
livre, mais aussi de cette science. Car qui, lisant ce livre,
rempli de toute divinité saura accommoder son sens
comme il convient, trouvera le moyen de l'une et l'autre
vie, & la parfaite preuve de l'un, & l'autre Testament.
Or en ce présent discours, celui qui aura bon entendement
connaîtra clairement de quoi cette oeuvre, &
secret admirable est composé. Hermès & plusieurs
auteurs qui l'ont imité au livre de la transmutation des
substances, parlent ainsi: Hermès dit que l'alchimie est
une substance corporelle composée d un, & par un
conjoignant les principales choses par l'effet & consanguinité,
& par une commixtion naturelle changeant en
un meilleur genre. Et nous l'ensuivant 1, nous montrerons
ceci clairement à celui qui sera sage. Et quant à
moi, encore que je sois peu versé en la langue latine, &
que mon esprit soit petit, j'ai tâché de traduire de la
langue arabique en la latine ces sept traités d'Hermès
appelé triple pour sa sagesse, lesquels pour ce qui est de
l'art, & pratique sont cachés en tous les livres des sages
aux ignorants.


1. Le suivant.

@



CHAPITRE I

Hermès dit, En un si long âge je n'ai point cessé de faire des expériences, & n'ai point cessé de travailler:
j'ai connu cette science par mon seul travail & seule
inspiration de Dieu qui lui a plu de me la révéler à moi
son serviteur: mais il a seulement donné la grâce d'en
bien juger aux personnes sages & raisonnables, & n'a
jamais donné occasion à personne de pécher & faire
mal. Quant à moi, j'aurais caché cette science, si je ne
craignais le jour du Jugement ou la damnation de mon
âme, je ne découvrirais rien de cette science, & ne la
révélerais à personne. Or j'ai voulu rendre ce que je
devais aux fidèles, déclarant comme celui qui est l'auteur
de toute fidélité me l'a daigné révéler.
Écoutez, fils des sages anciens philosophes, la science des quatre éléments non corporellement ou imprudemment,
qui sont patents par leurs raisons, & par leur
opération cachés: car leur opération est occulte, rien
n'agit s'il n'est composé, car il ne se parfait point que
premièrement toutes ses couleurs ne passent.
Sachez, enfants des sages, qu'il y a une division de l'eau des anciens philosophes qui la divise en quatre
autres, une en deux, & trois en un, desquelles la troisième
partie appartient à la couleur, savoir à l'humeur
qui le coagule, or les deux tiers de l'eau, qui sont les
poids des sages. Prenez de l'humeur une once & demie,
& de la rougeur méridionale, c'est-à-dire, de l'âme du

@

80 HERMES TRISMÉGISTE
soleil la quatrième partie, c'est-à-dire, une demi-once,
& du mercure citrin semblablement une once & demie,
& une demie de l'orpiment qui font huit, c'est-à-dire
trois onces. Sachez que la vigne des sages se tire en trois
choses, & que son vin se parfait à la fin de trente:
entendez donc l'opération. La décoction le diminue, la
teinture l'augmente, car la lune se diminue après quinze
jours, & elle s'augmente au troisième, c'est donc là le
commencement & la fin. Voilà que je vous ai dit ce
qui avait été celé, car l'oeuvre est avec vous, & chez
vous, laquelle vous pouvez avoir le recevant intérieurement
& permanent en terre ou en mer. Conservez donc
le vif-argent, lequel est aux intimes cabinets èsquels (1) il
a été coagulé, car c'est l'argent vif qui se dit être du
résidu de la terre. Qui entend donc maintenant mes
paroles, qui le demande à celui qui justifie les oeuvres
de chacun (2) malfaiteur, & ne prive aucun bienfaiteur
du loyer de ses bonnes oeuvres, parce que j'ai découvert
tout ce qui a été celé de cette science & déclaré un
grand secret à ceux qui ont de l'entendement.
Sachez donc vous autres inquisiteurs (3) des bruits secrets, & fils des sages, que le vautour qui est dessus
la montagne crie à haute voix, Je suis le blanc du noir,
& le rouge du blanc, le citrin du rouge, & certainement
je suis véritable, & sachez que le chef de l'oeuvre est le
corbeau, qui en la noirceur de la nuit & clarté du jour
vole sans ailes, la coloration se tire de l'amertume qui
est en sa gorge, la rougeur sort de son corps, & de son
dos on tire une vraie eau.


1. Dans lesquels. 2. Qui fait justice des oeuvres de chaque. 3. Chercheurs.
@

SEPT TRAITÉS OU CHAPITRES DORÉS 81
Entendez-le donc, & recevez-le donc de Dieu, & le celez à tous les ignorants, il est caché aux cavernes des
métaux lui qui est une pierre vénérable, une couleur
splendide, & large mer. Voilà je le vous ai exposé, rendez
grâces à Dieu qui vous a appris cette science, car il
aime les reconnaissants.
Mettez-le donc en feu humide, & le faites cuire, lequel feu augmente la chaleur de l'humeur, & tue la
sécheresse de l'incombustion jusqu'à ce que la racine
apparaisse, puis tirez d'icelui la rougeur & la partie
légère jusqu'à ce que la troisième partie demeure.
Sachez fils des sages, que pour cette raison les philosophes ont été appelés envieux, parce qu'ils ont écrit
occultement, non pas qu'ils l'envient aux gens de bien,
religieux, légitimes, ou sages, mais aux ignorants
vicieux, qui n'ont aucune loi ou douceur, de peur qu'ils
ne soient trop puissants pour commettre leurs méchancetés,
& par ce moyen les philosophes en rendent
compte à Dieu; car tous les méchants sont indignes
de sagesse.
Sachez que je nomme cette pierre par son nom, car ils l'ont appelée la femelle de la magnésie, poule, salive
blanche, lait du volatil, et cendre incombustible, afin
qu'ils le celassent à ceux qui sont ignorants, & qui n'ont
aucune loi ou douceur, que j'ai néanmoins nommé aux
sages par un nom connu, parce que c'est la pierre des
sages. Conservez donc en icelui la mer, le feu, & le
volatil du ciel au moment de la sortie.
Or je vous prie, tous fils des philosophes, par notre bienfaiteur qui vous donne l'honneur de sa grâce, que
vous ne veuillez déclarer son nom à aucun ignorant
étourdi, & inepte. Personne ne m'a rien donné que je
ne lui aie rendu ce qu'il m'avait donné, & je n'ai cessé

**** A T T E N T I O N ****

Fin du texte de ce document, ce document étant sujet à droits d'auteur.
**** A T T E N T I O N ****




TABLE DES MATIERES

Préface de Didier Kahn. . . . . . . . . . . . . . . . . IX

Le Livre du secret de la création) par le pseudo-Apollonios
de Tyane . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1

La Table d'émeraude

Version arabe extraite du Livre du secret de la
création . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 9
Version arabe extraite du Secret des secrets du
pseudo-Aristote . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 13
Version latine du Livre du secret de la création,
traduit de l'arabe par Hugues de Santalla . . . . . . . 17
Version latine du Secret des secrets du pseudo-
Aristote, édité et commenté par Roger Bacon . . . . . . 23
Version française anonyme versifiée en moyen
français (XVe siècle) . . . . . . . . . . . . . . . . . 31
Version française anonyme versifiée (XVIe siècle),
remaniée par Clovis Hesteau de Nuysement
(1621). . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 37
Traduction française de la « vulgate » latine, avec
son Commentaire par Hortulain (XIVe siècle). . . . . 41
Commentaire extrait d'Atalanta fugiens (La
fuyante Atalante) par Michaël Maier (1617) . . . . . 59

Sept traités ou chapitres dorés d'Hermès Trismégiste. 75

Le Livre de Cratès . . . . . . . . . . . . . . . . . 95
@
@



Dans la même collection

NICOLAS FLAMEL, Ecrits alchimiques. JAMBLIQUE, Les Mystères d Egypte. ORPHÉE, Poèmes magiques et cosmologiques. La Sagesse des Chaldéens. PTOLÉMÉE, Manuel d astrologie. La Tétrabible.
@
@




Ce volume, le sixième de la collection « Aux sources de la tradition », publié aux Éditions Les Belles Lettres, a été reproduit et achevé d'imprimer sur Roto-Page en janvier 1994 par l'Imprimerie Floch à Mayenne.



N° d'édition: 3092. N° d'impression: 35312. Dépôt légal: janvier 1994. (Imprimé en France)
@
@

Début de l'ouvrage Texte précédent Texte suivant Fin de l'ouvrage Drapeau Page d'aide Retour. Flag Help frame Return. Bandera Página de ayuda Vuelta.
Flagge Hilfsseite Rückkehr. Flag (H)jælp side Tilbage. Bandiera Guida Torno.